Comment parler de fantasy à votre notaire

J’ai une gentille famille qui, comme toutes les gentilles familles, trouve ce que j’écris intéressant et distrayant. L’amour est aveugle.
Lorsque j’ai terminé d’écrire mon petit roman de fantasy, ma famille m’a immédiatement posé la question suivante :
« N’as-tu pas peur que tout le monde te vole tes idées (si intéressantes et distrayantes !) une fois que tu auras montré ton roman à des gens ? »
Moi : « Eh bien… Pas du tout. »

Pourtant, à toutes fins utiles, j’ai pris la précaution la plus simple pour protéger mon oeuvre : il s’agit de s’auto-envoyer le manuscrit par courrier recommandé sans briser le sceau du paquet une fois qu’on le reçoit. Le cachet de la Poste permet de montrer que le roman était en ma possession, dans son beau paquet scellé, avant que je ne le montre autour de moi.

Et puis, la pression familiale ne cessant pas, j’ai cédé (notez bien que cela ne se produit pas souvent) et j’ai accepté d’utiliser les grands moyens. Je suis allée déposer mon manuscrit chez un notaire.

C’est ainsi que je me suis retrouvée, avec 340 pages (trente-quatre chapitres) sous le bras, chez Maître Alain-François Cestunfauxnom, notaire sérieux et bien sous tout rapport établi dans une petite ville provinciale. Et la réalité du grand public s’est brutalement rappelée à moi : la fantasy est une niche.
Voilà le résultat. Encore une fois, je dois m’excuser : les dessins semblent avoir été sous-traités à XKCD car j’ai la flemme de dessiner en détail cette semaine. Je n’ai rien exagéré, même pour la beauté de l’anecdote.

Une fois que je me suis remise de mes émotions, notre notaire a été d’une belle efficacité :


Hélas, n’ayant pas mon appareil photo avec moi, je n’ai pas pu filmer cette scène merveilleuse. Comme promis, Maître Cestunfauxnom a héroïquement relu, sans hurler de rire une seule fois, mes trente-deux titres de chapitres qui commencent par « chapitre 1 : La Comète », « chapitre 2 : Le Mort dans la rivière » (encore acceptable) mais continuent avec « Chapitre 7 : la Nuit où les lampes s’éteignent toutes seules ». La liste ne s’arrange pas avec avec « Chapitre 14 : les Chroniques du Nord » et s’aggrave encore avec « Chapitre 26 : l’Homme d’émail » et « Chapitre 27 : le Mauvais Sort ».
Maître Cestunfauxnom a effectué une correction très sérieuse et réimprimé le document quand je lui ai fait remarquer que c’était « Chapitre 3 : Dans la forêt » et pas « Dans la fort ».

Je le salue bien bas. Dans ces circonstances, j’aurais eu un fou-rire nerveux.

Chers lecteurs et amis geeks, si vous aussi vous avez des histoires de grandes rencontres improbables avec des non-geeks à partager, je vous encourage vivement à le faire dans les commentaires ou la prochaine fois que je vous croiserai. Ces anecdotes méritent d’être racontées au plus grand nombre (y compris avec les gens qui n’ont jamais entendu parler du Seigneur des Anneaux, même en film, car nous les aimons bien malgré tout).

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Suite à de graves interrogations formulées par des personnes de plus de quarante ans, je tiens à préciser qu’XKCD est un webcomic (une bande dessinée publiée sur internet) célèbre aux personnages dessinés « en bâtons ». L’auteur, Randall Munroe, est un ancien chercheur à la NASA. Regardez, personnes de plus de quarante ans, c’est vraiment amusant : ma grand’mère aimait beaucoup celui-ci.

Publicités

6 réponses à “Comment parler de fantasy à votre notaire

  1. Je confirme que le métier de notaire est beaucoup plus vivant que l’image que l’on s’en fait, et rassurez-vous, certains d’entre eux connaissent Le Seigneur des Anneaux et certains sont même jeunes…
    Bien vue la remarque d’heroic writer

    Un jeune notaire

    • Je suis bien triste de ne lire ce merveilleux commentaire qu’avec quelques mois de retard : savoir que mon article a été lu par une des rares personnes à l’intersection du diagramme de Venn « Notaires – Amateurs de littérature fantastique » illumine ma soirée. Merci pour cette réponse très amusante, si vous repassez par ici !

  2. Maître Cestunfauxnom a sûrement dû rédiger la documentation pendant à des divorces où madame explique avec force détails comment elle a décidé de rompre avec monsieur après l’avoir découvert en position compromettante en compagnie de Croquette, l’épagneul breton de la famille. Je suis persuadée que ton roman débridé était la chose la plus saine qu’il ait eu à lire de la semaine. Mais je dois dire que la vision du maitre lorgnon sur le nez en train de lire d’une voix monotone la liste de tes chapitres a dû être un moment unique, que je t’envie d’avoir pu savourer et que je te remercie de nous faire partager.

  3. Maitre Cestunfauxnom aura une belle histoire a raconter à ses petits enfants ! Le métier de notaire est peut-être plus amusant qu’on ne l’imagine . . .

    • S’il a des petits enfants, j’espère qu’ils lui expliqueront ce que c’est que le Seigneur des Anneaux. Courage, petits-enfants hypothétiques ! Faites un geste pour la Culture ! 🙂

Reponses et commentaires :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s