Comment se débarrasser du cadavre d’un loup-garou sans mettre de sang partout

Cet article a été écrit suite à un défi lancé par une amie qui, apparemment, pense que je devrais diversifier les sujets abordés sur ce site (avec des idées comme celle-là, elle aurait dû faire une école de commerce).
Vous apprendrez les termes exacts du défi si vous lisez l’article jusqu’au bout. Je jure sur Cthulhu que c’est la seule et unique fois où l’humour de fille fait son apparition à cette url. En effet, je suis ici complètement hors de mon domaine de compétence.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Lorsque j’ai appris quel serait le sujet de mon prochain article, mon impassibilité habituelle a bien failli voler en éclats. Devant mon écran d’ordinateur, une protestation me monta aux lèvres : « Ah NON, alors ! Pas question ! Pas ça ! »
Mais une Heroic Writer ne refuse jamais d’aborder un sujet car ce serait signe de lâcheté intellectuelle. Respirant profondément et récitant la litanie contre la peur du Bene Gesserit, j’ai cherché une solution.
J’ai reçu une illumination : lorsque tout va mal, une métaphore peut vous sauver. Les métaphores sont magiques. Une personne qui m’est fort chère a même réussi à faire son coming out grâce à un court texte ostensiblement à propos des clients d’une boulangerie qui préfèrent les brioches aux croissants.
C’est pourquoi, en réponse au défi de MeryllB, voici…

♦ Comment se débarrasser du cadavre d’un loup-garou sans mettre de sang partout ♦

Si vous n’avez pas achevé le loup-garou, vous pouvez par exemple le mettre à contribution pour nettoyer.

Cette nuit-là, dans ma vieille maison familiale perdue au milieu de la campagne française, je ne parvenais pas à trouver le sommeil. Par la fenêtre de ma chambre, j’apercevais le jardin, blafard sous la lumière pâle de la pleine lune. Alors que je rêvassais en contemplant les haies de buis et les arbres aux silhouettes obscures [1], une sorte de chien-loup énorme apparut au milieu de la pelouse.
Reniflant l’air comme s’il avait senti l’odeur d’une proie, il leva les yeux vers ma fenêtre. Il sembla sourire, puis, soudain, il bondit. Il atteignit en un seul saut ma fenêtre au premier étage de la maison. Alors que je m’écartais en toute hâte, l’énorme animal traversa la vitre dans un fracas cristallin de verre brisé et atterrit au milieu du plancher. Il se tourna vers moi, menaçant. Les rayons pâles de la pleine lune jouaient sur sa fourrure emmêlée [2].
« Mon dieu ! m’écriai-je, comprenant le danger. Un loup-garou ! »

Ne perdant pas de temps, je fuyais ma chambre et me ruais sur le vaisselier de la salle à manger, d’où je sortis des couverts en argent hérités de la famille de papa. Le loup-garou me poursuivit en grondant et en montrant des crocs plus luisants que les dents d’un manager sur la couverture de Business Week. Au moment où il allait se jeter sur moi, je lui plantai une fourchette dans la carotide. Le résultat fut immédiat : la créature féroce tomba à la renverse dans une gerbe de sang et expira sous mes yeux. Fatality. 
Je prononçais quelques mots en guise d’éloge funèbre [3], puis je m’inquiétai : Qu’allais-je faire de ce cadavre ? Je devais m’en débarrasser au plus vite. De plus, il me fallait éviter de tacher les tapis familiaux avec du sang de loup-garou car cela aurait éveillé les soupçons de mon teinturier. J’étais bien ennuyée.

Voici les possibilités qui s’offraient à moi :

1/ étancher son sang avec des moyens d’absorption jetables, comme du papier essuie-tout
C’est la première idée qui m’est venu à l’esprit. Pourtant, j’y ai vite renoncé. Le rouleau de Sopalin de la cuisine était tentant et la solution semblait pratique, mais pensez à l’environnement ! Si tout le monde se mettait à étancher, chaque mois, le sang des loups-garous égorgés avec de l’essuie-tout, le volume de déchets atteindrait des sommets inquiétants au niveau mondial. Ne serait-ce qu’en France, imaginez tout ce papier trempé de sang laissé à pourrir dans les décharges municipales. Répugnant.

2/ étancher le sang avec un drap, puis laver le drap
Vous voulez rire ?! Le but est justement de ne mettre du sang sur aucun tissu dans la maison (draps, votre jolie robe…) !
Et puis, si vous n’arrivez pas à nettoyer votre drap, quelqu’un pourrait le retrouver dans cinq-cents ans et penser (au mépris des résultats de la datation au carbone 14) qu’il s’agit du suaire d’un chrétien romain martyrisé par un gladiateur armé d’un trident miniature.
Enfin, d’un point de vue environnemental, ce n’est pas non plus une solution parfaite puisqu’une grande quantité d’eau et de lessive (parfois toxique) aurait été nécessaire pour nettoyer le drap.

3/ un seau
Après avoir écarté les deux premières solution, j’ai eu une illumination. Il me suffisait de laisser s’écouler le sang du loup-garou dans un seau jusqu’à ce que l’immonde créature en soit vidée. Puis je me débarrasserais du contenu du seau avec les eaux usées : c’était la solution parfaite, propre, écologique. Ne faisant ni une ni deux, je subtilisai un seau dans le placard à balai et je laissai tranquillement le loup-garou se vider de ses humeurs par-dessus.

Décidément, je crois que vous serez d’accord avec moi : j’avais trouvé la solution la plus efficace, la plus respectueuse de l’environnement, bref, la meilleure. Une fois que le loup-garou n’eut plus la moindre goutte de sang à verser sur mon tapis, je jetais le contenu du seau dans l’évier de la cuisine. Puis je traînai le cadavre jusqu’à la voiture de maman, que je lui empruntai sous prétexte « d’aller chercher une amie à l’aéroport » (non, je n’ai pas de voiture, regardez ce que coûtent les parkings à Paris !). J’allai enterrer le cadavre dans les bois, au milieu d’un charmant bosquet de hêtres (qui allait hélas bientôt être abattu pour fabriquer du papier).

Et on n’entendit plus parler du loup-garou mais, les soir de pleine lune, je conseille vivement de prévoir des fourchettes en argent et, surtout, un seau. On n’est jamais trop prudent(e).

De la même façon, si vous êtes une jeune fille, vous aurez probablement un jour l’occasion de nettoyer du sang. Il vous faudra alors faire un choix entre tampax et cette solution hautement technologique poétiquement appelée Mooncup (si vous vous trouvez dans un open-space, effectuez une recherche google sur ce terme à vos risques et périls ou cliquez ici).
Si vous avez suivi ma métaphore, vous comprendrez aisément que la Mooncup présente, en comparaison avec les tampax, les mêmes avantages environnementaux que le système du seau que je viens de décrire. De plus, les meilleures publications m’assurent qu’elle est hypoallergénique. Ainsi se conclue ma démonstration, exigée par mon défi, des bénéfices de la Mooncup. Écrivais-je en soupirant profondément et en jurant, mais un peu tard, qu’on ne m’y prendrait plus.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour mémoire, voilà quelle était ma mission dans cet article, décrite ici par Mlle MeryllB sur son site :

« Voici ta mission :
VANTER LES MÉRITES DU MOONCUP DE FAÇON SOCIALEMENT ACCEPTABLE.

Pour t’aider à trouver l’inspiration, voici une vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=9zj4NhC8ahM« 

Je crois avoir passablement rempli cette mission. Dites-moi que vous ne pensez pas que le… euh… « Mooncup » est la meilleure solution, maintenant !
Par ailleurs, MeryllB, pour m’avoir forcée à traiter ce sujet, je te conspue. Un ninja est en route pour venir tagger tes fenêtres et choquer tes collègues de travail japonais en leur parlant sans utiliser de formules de politesse en keigo. Tu ne t’en relèveras jamais.

P.S. Vous avez eu droit au loup-garou et échappé à mon concept n°2 fondé sur Sailor Moon. Remerciez le ciel.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

[1]
Je pensais : « Décidément, je n’y vois rien la nuit sans mes lunettes. »

[2]
Pas plus emmêlée que mes cheveux après un coup de vent breton, cela dit.

[3]
« O loup-garou, si tu es un personnage de Terry Pratchet, mes excuses, je suis certaine que je t’aimais bien. Si tu es un personnage de J.K. Rowling, sois heureux de cette mort brutale (tu dois avoir l’habitude) et remercie le ciel de ne pas avoir assez vécu pour passer du statut de « personnage sympathique et bien intentionné » à celui de « type insupportable qui passe son temps à se plaindre et sur qui on ne peut pas compter ». Si tu es un personnage de Stephenie Meyer, qu’est ce que tu venais faire chez moi ? »

Publicités

2 réponses à “Comment se débarrasser du cadavre d’un loup-garou sans mettre de sang partout

  1. Je decouvre avec quelques jours de retard cette gemme. Je vois que pour eviter de parler des menstruations, sujet peu convenable s’il en est, tu as recours a une habile metaphore ou un canide se fait charcuter avec un instrument contondant issu du patrimoine familial sur un tapis persan, tout ca dans une cadre qui n’a rien a envier a la pire scene du film « Stocker ». (je te laisse googler et decouvrir. Il y a une jeune fille de bonne famille et du meurtre, avec la possible implication de l’argenterie paternelle quoique mes souvenirs soient un peu confus a ce sujet)
    J’eviterai le moindre commentaire sur ton sens des convenances qui laisse perplexe, car j’ai le meme. Je me rends compte en te lisant que nous avons potentiellement un probleme.
    De la meme facon que j’avais detourne l’article impose par tes soins « mes meilleurs conseils de drague » en « ne faites pas comme moi, ne soyez pas une loseuse, et peut-etre arriverez-vous a choper », ton detournement est de bonne guerre, l’humour geek me fit rire, JE VALIDE.

    Allez c’est trop rigolo, on rejoue. A TON TOUR.

  2. J’apprends depuis hier qu’au moins trois amis ont tenté de lancé une recherche google sur le mot « Mooncup » au milieu d’un open space sérieux.
    J’ajoute un avertissement dans le texte et je m’en vais en riant sous cape. Finalement, c’est très drôle d’être un troll.

    Par ailleurs, cette histoire m’aura valu la perle suivante : « Oui, je lis ton blog au travail puisqu’il est écrit noir sur fond blanc et que je peux parfaitement prétendre qu’il s’agit d’un texte sérieux lié à mon métier d’ingénieur. »
    J’adore tenir ce site.

Reponses et commentaires :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s