Tutoriel : Comment fabriquer des décorations de Noël inspirées par « Harry Potter » (et perdre toute dignité en tant que femme de trente ans)

oui_titre

Chers amis, chers visiteurs, chers adhérents au programme de fidélité (inexistant) de ce site,

J’ai trente-deux ans et j’ai passé une demi-journée et des poussières à fabriquer des décorations de Noël sur le thème « Harry Potter ». Tout est dit. Si vous êtes ici pour avoir des explications claires, pas pour bavarder, voici sans plus attendre des liens vers chaque tutoriel :

LISTE des décorations « Harry Potter » à fabriquer :

  • Une ravissante boule de Noël « Quai 9 3/4 » imprudemment réalisée avec une boule en verre soufflé très facile à casser – cliquez ici
  • Deux chouettes/hiboux de style naïf multi-usages (qu’on peut aussi qualifier de chouettes hiboux, pardon, je sors) en pâte auto-durcissante – cliquez là
  • Un Golden Snitch/Vif d’Or pour perfectionnistes, tellement beau que vous ne lui en voudrez pas d’avoir nécessité trois heures de travail – dans cet article séparé car l’article présent devenait vraiment trop long

(On m’a dit que les liens de ce genre ne fonctionnent pas dans le lecteur wordpress pour certaines personnes – mes excuses, je n’y peux rien, si vous vous rendez directement sur mon blog, ils fonctionnent.)

Notez aussi que, comme c’est Noël, j’ai décidé d’offrir des décorations geek et customisées aux trois premières personnes qui me le demanderont dans les commentaires. Pour en savoir plus avant même d’avoir lu l’article, cliquez sur le lien plus bas. Jeu gratuit et sans obligation d’abonnement ou de vous mettre à suivre mon compte Instagram inexistant (n’ayez crainte : nous ne sommes pas ce genre de blog).

LIEN DIRECT vers les règles simples et non-contraignantes du Grand Jeu Concours du Solstice d’Hiver :

Update : concours terminé ! Vous étiez rapides pour un dimanche matin.

Si vous êtes là pour passer un bon moment en lisant des histoires de travaux manuels, cependant, restez ici et lançons-nous.

titre2

Si vous me connaissez, vous savez que je me considère comme une personne raisonnable. J’ai un métier, je paie mes impôts avec un maximum de trois jours de retard, je classe mes factures dans des pochettes de couleurs différentes selon leur objet et je possède trois bibliothèques de livres intéressants rangés par thème. Bref, Dumbledore soit loué, je ne suis plus dans l’état d’esprit dans lequel j’étais quand je lisais Harry Potter. En effet, à l’époque, j’avais quinze ans, mes parents divorçaient et mes camarades de classe de mon lycée parisien se préoccupaient principalement de la marque de leurs lunettes de soleil (même certains des meilleurs se sentaient obligés d’y penser : la pression sociale est une chose bien étrange). Qu’il est bon d’avoir trente ans passés.

Disons-le tout net, j’ai adoré la série des livres « Harry Potter ». J’ai toute l’admiration du monde pour J.K. Rowling, qui est une femme dont l’intelligence et la prudence (et les petits défauts qui la rende très humaine) ressortent de tout ce qu’elle dit. Si un dangereux criminel me mettait un couteau sous la gorge pour me demander « quel est le roman écrit pour un jeune public que tu préfères et admires entre tous ? Parle ou je te tranche la carotide ! »… je me préparerais à mourir car je n’ai jamais pu me décider entre « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban » et « Les Royaumes du Nord » de Philip Pullman. Et si cela n’a pas l’air d’être une déclaration d’amour à « Harry Potter », songez cependant je serais prête à me laisser couper la gorge plutôt que de devoir dire qu’un autre livre pour la jeunesse est meilleur que celui-là. Quant aux films, ils ont été, au minimum, un succès incroyable d’un point de vue de la direction artistique – ils sont pleins d’images qu’on a immédiatement envie de reproduire.

(Pour revenir aux livres de jeunesse, « Charmed Life » et « The Lives of Christopher Chant » de Diana Wynne-Jones sont aussi très bien, maintenant que j’y pense… Arrêtez d’appuyer ce couteau, M. le criminel dangereux, j’essaye de réfléchir sérieusement, d’accord?)

Néanmoins, et je dois ici faire un aveu douloureux car j’espère que quelqu’un l’entendra et le comprendra, après avoir été une grande joie de ma jeunesse, « Harry Potter » me déprime. Voire même, pour parler comme quand j’avais quinze ans, « Harry Potter me déprime grave ». Pour commencer, divers critiques, notamment la journaliste/présentatrice britannique Bidisha, ont fait remarquer que « Harry Potter » est par excellence une série de livres pour une génération d’enfants pas toujours très heureux dans leurs familles recomposées : c’est l’histoire d’un enfant qui ne se sent pas chez lui dans sa famille mais trouve, littéralement par magie, une nouvelle famille composées d’individus disparates mais qui ne demandent qu’à l’aimer et l’accepter tel qu’il est. Etant donné que moi, mon frère et toute une génération sommes tombés dans ces livres juste au moment où nos parents divorçaient, je crois qu’il n’y a rien à ajouter à cette analyse à part « nous sommes grillés » et « que de mauvais bons souvenirs du temps du divorce de mes parents cela me rappelle! ».

Deuxièmement, je ne vais choquer personne en disant que les trois derniers tomes de la série sont puissamment déprimants. Entre les personnages qui ont des problèmes évidents avec l’alcool (Sirius et Hagrid, sans oublier que, lorsque Lupin entre en scène dans les films, il est endormi avec une bouteille d’alcool à côté de lui dans un train rempli d’enfants – bravo), ceux qui sont en proie à une dépression nerveuse grave (Harry, Cho qui pleure quand on l’embrasse, Lupin, Sirius qui s’en prend plein la figure, le pauvre, et tant d’autres), ceux qui ont tendance à être malheureux en amour toute leur vie après ne s’être jamais remis d’une première déception à dix-sept ans (Dumbledore et Snape/Rogue, et d’ailleurs arrivée à ce point de la collection de vies catastrophiques, ça a commencé à me faire un peu rire), ceux qui gardent en eux des secrets douloureux dont ils ne parlent pas à leur entourage, on ne sait jamais, ils pourraient se sentir mieux après, etc… c’est la catastrophe partout, personne ne trouve le repos et ensuite TOUT LE MONDE MEURT. Certes, c’est magnifiquement écrit et imaginé, mais je vous assure qu’en refermant le tome 7, j’étais contente d’en avoir fini avec ces flots de larmes et de pouvoir passer à autre chose.

chouette-sur-arbre-1

Hedwig/Hedwige (vf) méritait de vivre, elle aussi ! #neverforget #oppressionoftheowls

Mais non. L’industrie du divertissement ne veut pas que nous passions à autre chose. D’abord, même après la fin des livres, les films continuaient à sortir. Puis, alors que je me croyais enfin tranquille, les flashbacks vers mes quinze ans déprimés ont soudain recommencé il y a deux mois. Vous avez forcément remarqué que, cette année, nous n’aurons jamais la paix entre le monde du théâtre (« Harry Potter and the Cursed Child » est en représentation à Londres – avec un titre pareil, on imagine encore une oeuvre amusante et enjouée), le monde de l’édition (« Harry Potter and the Cursed Child – the official rehearsal script ! » est disponible devant toutes les caisses des grands magasins parisiens), la grosse machine du cinéma hollywoodien (venez voir « Fantastic Beasts and Where to Find Them » avec l’acteur principal de la biographie de Stephen Hawking qui m’a insupportée, Eddie Redmayne !) soutenue elle aussi par le monde de l’édition (amazon.fr me suggère d’acheter « Fantastic Beasts – the original screenplay! » à chaque connexion). Il y a une semaine, j’ai appris que le film « Fantastic Beasts » en salle en ce moment est en fait le premier d’une série de cinq, qui sortiront chaque année autour de la période des fêtes. J’ai poussé un cri d’horreur. Je vais devoir revivre mes quinze ans tous les ans pendant cinq ans. Au secours. Est-il possible de se suicider par Aveda Kedavra auto-administré ? Ou alors quelqu’un est-il partant pour aller camper dans les bois avec moi (comme dans le tome 7, mais je jure qu’on ne se disputera pas, je n’ai pas d’horcruxe sur moi) jusqu’à ce que ce soit fini ?

Mais il a fallu un dernier incident pour me porter le coup fatal. Voici la marque de guirlandes et bougies LED pas chères distribuée dans tous les grands magasins parisiens en ce moment :

persecution-mondiale

C’EST DE LA PERSÉCUTION.

Face à cette conspiration internationale, j’ai décidé que, perdue pour perdue, j’allais revivre mes quinze ans déprimés de manière constructive en fabriquant des décorations de Noël « Harry Potter » d’une qualité quasi-professionnelle tout en ayant une dépression nerveuse discrète chez moi. Et cela tout en mangeant des truffes en chocolat et en buvant du vin blanc liquoreux. Je me suis alors tout de suite sentie mieux.

Vous aussi, rappelez-vous les bons moments passés à lire Harry Potter (et essayez de ne pas penser aux souffrances de vos personnages favoris) tout en fabriquant des décorations de Noël ! Au travail !

Avant de commencer, notez que ces tutoriels sont, dans au moins deux cas (le Vif d’Or et la boule « 9 3/4 »), des tutoriels pour perfectionnistes. Si vous cherchez quelque chose de très simple mais beau pour vous occuper les mains, cela n’a rien à voir avec Harry Potter mais j’ai répertorié des modèles d’étoiles en origami dans cet article.

P.S. Je vous rassure tout de même, je n’ai pas poussé le perfectionnisme trop loin. Par exemple, je n’ai pas imité cette personne qui a clairement passé deux mois à produire une réplique du « Marauder’s Map »/de la « Carte du Maraudeur » de meilleure qualité (comme il vous le démontrera soigneusement) que la réplique officielle vendue en boutiques spécialisées.

De plus, par soucis de ma santé mentale, j’ai évité les décorations déprimantes, comme cette ravissante « boule de Noël sphère de prophétie » fabriquée par une mère de famille américaine adorable. Vous savez, une sphère de prophétie, comme celles dans la scène du Ministère de la Magie où Sirius meurt. Joyeux Noël. J’ai aussi soigneusement évité le symbole des Deathly Hallows/Reliques de la Mort que l’on trouve partout dans le merchandising officiel et souvent dans les sympathiques DIY en ligne visiblement destinés aux jeunes et aux enfants. Pourquoi ? Parce que dans le tome 7, Victor Krum explique qu’il s’agit du symbole du grand sorcier dictateur Grindelwald et que les sorciers qui le portent ont l’air de célébrer sa mémoire – grosso modo, les Deathly Hallows sont l’équivalent fictionnel d’un symbole néo-nazi. Joyeux Noël encore.

_ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

♦ Boule de Noël « Quai 9 3/4 » ♦

La voici. Sortons notre matériel de peinture pour la fabriquer.

boule_res1

Temps nécessaire : deux heures (en comptant quelques pauses pour laisser sécher entre les couches, pauses qui peuvent être mises à profit pour faire la vaisselle ou passer l’aspirateur ou commencer à relire votre tome préféré de Harry Potter sans le terminer si c’est triste à la fin).

Matériel utilisé :

  • une boule de Noël rouge de la taille de votre choix
  • de la peinture acrylique blanche et noire
  • de quoi vernir le résultat (j’ai utilisé de la colle blanche, très efficace pour ce genre de projets)
  • un pinceau plat et un pinceau très fin
  • un ordinateur, du scotch, des ciseaux et une imprimante pour préparer les guides de dessin

Réalisation :

Premièrement, il faut trouver sur internet une image bien droite qui servira de modèle/guide de dessin. Il suffit de faire une recherche google, internet regorge d’images tirées de Harry Potter.

boule9_etape-1

Copiez l’image dans un document word, mettez l’affichage en mode « taille réelle » et réglez la taille de l’image en plaçant la boule de Noël que vous voulez décorer à côté de l’écran pour comparaison. C’est artisanal, mais ça marche. Imprimez ensuite votre image (en noir et blanc, et utilisez un papier brouillon pour ne pas faire plus de gaspillage que nécessaire, je vous surveille et j’espère que vous me surveillez aussi).

Vous noterez par ailleurs que la photographie précédente est fort laide et mal éclairée. Ceci est un blog réaliste. Je travaille et je fais donc du bricolage le soir après 19h : mes photographies explicatives seront, par la force des choses, éclairées avec ma lampe de bureau, voire avec le flash de mon appareil photographie acheté en 2006 à Tokyo sans lire la notice. Je jure solennellement de tout faire pour que mes illustrations soient claires, mais elles ne seront pas un trésor d’esthétisme. Reprenons. Le modèle est imprimé…

boule9_etape-2

…et vient maintenant le moment fatidique où il faut reporter ce modèle sur une surface courbe. Si vous avez déjà essayé, vous savez que cela peut être facteur d’arrachage de cheveux par poignées.

Chacun a ses trucs. En me penchant sur le problème, j’ai trouvé une jeune femme sur internet (celle de la boule de Noël prophétique) qui a réalisé presque la même boule que moi (j’aurais dû m’y attendre, ce design était trop évident pour être unique…) et dont le résultat est très bien. De son côté, elle a utilisé des pochoirs en papier collant (qui se tordent dans tous les sens quand elle essaye de les coller, d’ailleurs). Il n’y a pas de méthode parfaite, mais j’en propose une qui me semble plus pratique et surtout demande beaucoup moins de matériel spécialisé et donc coûteux.

L’étape 1 est, comme vous pouvez le voir sur la photographie précédente, de créer un rond de papier de la même taille que le cercle qui entoure « 9 3/4 ». Couper un ruban de papier et scotchez-le, ce n’est pas compliqué.

Ensuite, mettez un peu de peinture blanche sur une tranche du ruban de papier. Si vous le faites avec les doigts, ne glissez pas votre doigts sur le papier ou vous allez vous faire une jolie coupure. Tamponnez.

Serrez le cercle de papier entre vos doigts pour qu’il fasse un beau cercle et posez-le contre votre boule de Noël à l’endroit où vous voulez peindre le « 9 3/4 ». Comme vous pouvez le voir sur la photographie suivante, le cercle blanc s’imprime et vous avez votre base de dessin.

boule9_etape-3

Il faut maintenant peindre le cercle à la peinture acrylique blanche. J’ai mis trois couches pour arriver à une belle couvrance uniforme. N’ajoutez pas d’eau à la peinture pour qu’elle accroche mieux le support, et laissez bien sécher entre les couches (c’est de l’acrylique, dix-quinze minutes suffisent amplement et vous donnent le temps de faire votre lit, passer l’aspirateur, etc).

boule9_etape-4

Deux trucs pour peindre plus facilement : premièrement, pour que votre boule de Noël soit stable lorsque vous peignez, il est plus simple de la déposer sur un récipient de type tasse à café/coquetier (ou grand verre si elle est plus grande que la mienne). Cela la maintient aussi dans la bonne position lorsqu’elle sèche entre les couches.

boule9_etape-5

Deuxièmement, il est plus facile qu’on ne le pense de colorier proprement l’intérieur d’un cercle. Il suffit de prendre un pinceau plat et de la poser contre la ligne à l’intérieur du cercle, puis de le soulever et de le reposer à côté, et ainsi de suite, en tournant le pinceau comme si le cercle était une horloge et le pinceau l’aiguille des secondes qui sautille de place en place (cf ci-dessous).

boule9_etape-6

De plus, sur ce type de support, on peut très facilement effacer les traces de dépassement avec un pinceau propre trempé dans l’eau ou un coton-tige avant qu’elles ne soient sèches.

Après les trois-quatre couches de blanc, il s’agit de reproduire le motif.

boule9_etape-7

Découpez votre cercle orné du « 9 3/4 » et percez le contour du 9 et ceux du 3, du 4 et du trait de la fraction « / » avec une épingle. Prenez d’ailleurs une épingle plus grosse que sur ma photographie, j’ai dû agrandir mes trous après coup.

Il n’est pas nécessaire de percer tout le contour – au contraire, le papier risque de se déchirer, ce que nous ne voulons pas. Percez plutôt un trou à chaque extrémité du trait de la fraction, et quelques trous pour marquer le haut, le bas, le milieu du « 4 » et ses angles, et ainsi de suite pour chaque chiffre. Le principal est que vous puissiez facilement retrouver les proportions et la position des chiffres grâce à ces trous.

boule9_etape-8

Scotchez ensuite le papier au milieu de votre cercle de peinture blanche (est-il nécessaire de préciser que celui-ci doit être bien sec avec de commencer cette étape). Vous verrez alors tout de suite pourquoi nous ne faisons pas un pochoir classique : ce serait un casse-tête avec une surface convexe comme celle-ci. Le papier ne voudra jamais s’appliquer parfaitement sur la surface.

En tordant un peu votre papier selon vos besoin, vous pouvez, au crayon à papier, marquez les points importants de vos chiffres et du trait des fractions à travers les trous du papier. Ensuite, retirez le papier et jouez à « relier les points » pour dessiner le motif.

boule9_etape-9

On obtient le résultat ci-dessus. En zoomant sur la photographie, vous pouvez voir les points de construction, notamment en bas du « 9 ». Vous pouvez aussi voir que j’ai fait une petite rature au-dessus du « 4 ». Les gommes fonctionnant mal sur de l’acrylique, j’ai remis un peu de blanc par-dessus à la fin pour corriger.

Ensuite, et c’est plus rapide à dire qu’à faire, il faut prendre votre plus petit, petit pinceau et peindre les chiffres en noir. Une fois qu’ils sont secs, il faut également peindre le contour du rond d’un trait noir.

Je ne vous cache pas que c’est minutieux, mais c’est loin d’être insurmontable. Deux choses vous aideront :

  • Ajoutez un peu d’eau à votre peinture noire pour qu’elle soit plus fluide, mais pas trop, sinon elle coulera le long de la surface courbe.
  • N’hésitez pas à affiner vous contour et à corriger des erreurs à la peinture blanche après coup, une fois que le noir est sec (si vous n’attendez pas assez, votre fond risque de devenir gris).

Pour le dessin du contour du cercle, il existe aussi des trucs simples mais utiles pour mieux travailler :

  • Plutôt que de vous fatiguer à peindre avec les bras pliés dans une position incommode, tracez une toute petite partie du contour, puis tournez la boule de Noël.
  • Gardez près de vous un pinceau propre trempé dans l’eau ou un coton-tige pour corriger les débordement vers l’extérieur avant qu’ils ne sèchent.
  • Pour les débordements vers l’intérieur, vous pourrez les corriger avec du blanc après coup. S’ils ne sont pas trop grands, on n’en verra pas trace à la fin.

Le plus important est de prendre son temps et de se concentrer sur ce qu’on fait et pas sur ce qui nous traverse la tête, comme la question « que préparer pour le dîner », ou encore sur qui se passe autour de nous (ce n’est, par exemple, pas le moment de re-regarder la scène de la Cabane Hurlante/Shrieking Shack dans le film adapté du « Prisonnier d’Azkaban »).

Et oui, je suis en train de vous dire qu’il faut Vider Votre Esprit. C’est presque de la méditation, en fait. Ou de l’occlumencie.

Après cela, laissez bien sécher. Il ne reste qu’à vernir.

Intelligemment, je me suis rendu compte au dernier moment que je n’avais pas de vernis brillant. Mais, pour ce type de projet, on peut utiliser de la colle blanche (celle qui sert dans les maternelles, ou encore qu’on utilise pour faire du papier mâché, par exemple celle de la marque Cléopâtre) comme vernis.

boule9_etape-10

La colle blanche est un bon vernis pour ce projet car elle est blanche quand on l’applique, mais elle devient brillante et transparente (un tout petit peu jaunie peut-être) en séchant. De plus, elle est solide et renforce donc la surface de la boule de Noël (un petit peu, ne forcez pas) en cas de choc. Et elle n’est pas chère. Et elle vous servira à d’autres choses, ce qui est facteur d’économie et d’inventivité.

Oui, la colle blanche fait un excellent substitut de vernis. Comme Sirius Black aurait pu faire un excellent substitut de père pour Harry si J.K. Rowling lui avait laissé le temps de mûrir un peu au lieu de le tuer brutalement ! Ce qui a brisé mon pauvre cœur, un peu comme ceci :

boule-et-coeur-brise

Comme vous pouvez le constater, ce projet de boule de Noël « Quai 9 3/4 » a eu une victime avant de réussir. N’accrochez jamais une boule de Noël à votre sapin n’importe comment en attendant que sa couche de blanc sèche, mes enfants.

Une fois que vous avez vernis votre boule de Noël « Quai 9 3/4 », laissez-la sécher sans l’accrocher n’importe comment au sapin (je réitère par précaution).

Et vous avez fini ! Bravo !

hp_craquage

Maintenant, en regardant votre sapin de Noël, vous pourrez penser à un joli train qui vous amènera dans un lieu hautement traumatisant où des trolls, des sorciers malfaisants, des professeurs sadiques ou incompétents et des spectres dévoreurs d’âme vous attendent. Quel bonheur.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

♦Colonie de hiboux en pâte auto-durcissante♦

Voici nos oiseaux.

hiboux_titre

C’est le moment où je dois vous faire un aveu. J’ai fabriqué ces deux hiboux (techniquement, une chouette effraie et un hibou grand-duc) sans penser du tout à « Harry Potter ». Ils ont en fait commencé comme une petite private joke familiale : il y a bien longtemps, au bout du jardin de ma grand’mère, s’élevait un immense platane en haut duquel nichait un hibou. Le hibou venait voler près de la maison la nuit, passant comme un fantôme devant nos fenêtres, effleurant presque les vitres de ses ailes. Parce que c’est un joli nom, nous avions appelé ce hibou « le grand-duc », supposant donc qu’il appartenait à cette espèce :

eagle_owl_wikipedia

Un hibou grand-duc. Image tirée de Wikimedia Common, i.e. la mémoire visuelle de l’humanité (allez leur faire un don !).

Mais, plus tard, une personne qui s’y connait davantage que moi m’a fait remarquer qu’il était beaucoup plus naturel de supposer qu’un oiseau de nuit qui niche au sommet d’un grand platane est une chouette effraie, i.e. ce volatile :

barn_owl_nigel_blake_1

Une chouette effraie. Cette belle photographie a été prise par le photographe britannique Nigel Blake – si vous voulez en voir plus, vous trouverez l’adresse de son site web sur la photographie.

J’ai donc fabriqué ces deux hiboux en souvenir du jardin de ma grand’mère et des fantômes qui passent à la fenêtre. Puis, je me suis souvenue que Harry Potter possède une chouette effraie, et que le hibou de la famille Malfoy est décrit comme étant un « eagle owl », i.e. en français un hibou grand-duc. Et c’est à ce moment précis que j’ai cédé à la folie et commencé à fabriquer toutes les décorations Harry Potter que vous voyez dans cet article. Ces hiboux sont donc responsables de la mauvaise passe que je vis en ce moment (j’aime rejeter la responsabilité de mon état d’esprit sur des objets inanimés !).

Mais fabriquons.

Temps nécessaire : variable selon le degrés de détail recherché et selon que vous comptez ou non peindre vos hiboux. Comptez quelques heures réparties sur deux jours ou plus (il faut laisser le temps à la pâte de sécher).

Matériel utilisé :

  • de la pâte auto-durcissante, ici de la « Fimo Air » que je testais pour la première fois et qui a des points positifs et négatifs dont je vais parler. Un paquet de 250g à 9€ m’a permis de fabriquer ces deux hiboux.
  • des objets pointus pour sculpter les détails – je n’utilise pas de matériel spécialisé, j’utilise des épingles de tailles différentes prises dans ma trousse de couture et c’est bien suffisant. Une pointe de compas et un crayon bien taillé pourrait aussi très bien faire l’affaire.
  • de la peinture acrylique dans les tons dont vous souhaitez peindre vos hiboux
  • de la peinture dorée et argentée si vous souhaitez ajouter des rehauts
  • des pinceaux

hiboux_materiel

L’objet au centre de la photographie est une patère à suspendre les torchons, qui se trouve dans ma cuisine depuis un an ou deux et a été achetée pour 5€ dans une droguerie et fabriquée en Chine. Elle m’a servi de référence pour la taille que je souhaitais (je savais que je voulais « juste un peu plus grand que lui ») et pour le style, car je souhaitais faire des hiboux stylisés et un peu naïfs d’aspect, pas des hiboux naturalistes. Vous n’en avez pas besoin, mais il peut être amusant de vous inspirer d’un objet que vous possédez déjà.

Caractéristiques des hiboux :

Ce strigidé (oiseaux rapaces de la famille des hiboux) et ce tytonidae (famille des chouettes au visage en forme de cœur, à laquelle appartiennent les effraies) sont une décoration multitâche. Ils sont percés de part en part, de la tête au serres, pour pouvoir y passer un fil et les suspendre.

Etant très légers pour leur taille, ils pourraient facilement être des décorations de sapin. Je les avais fabriqués pour en faire des décorations de couronnes de Noël, mais j’avais oublié un détail fâcheux – je n’aime pas avoir de couronnes de Noël chez moi, ça prend trop de place. Ils sont finalement sur ma bibliothèques, couronnés d’étoiles, où ils me semblent assez heureux.

hiboux_bibliotheque

Si vous utilisez des bougies (moi pas, j’ai trop de papier chez moi, je n’ai pas envie de mettre feu à mon bureau) ils pourraient faire d’excellents bougeoirs en laissant un trou de taille suffisante en haut. Dans ce cas, il serait mieux d’utiliser de la pâte plus lourde que la Fimo Air, car le bougeoir sera alors plus stable. Voyez-les ci-dessous en train de sécher avec des pinceaux placés dans leur tête pour empêcher le trou de se refermer : si on remplaçait le pinceau par une bougie (placée sur une soucoupe protectrice en verre pour que la cire ne leur dégouline pas sur la tête), ce serait très joli.

hiboux_sechage

Si j’étais une sorcière, je m’en servirais pour ranger ma baguette magique.

Réalisation :

Premièrement, il faut trouver des images qui vous serviront de modèle. J’ai mis les photographies qui m’ont servies de modèles plus haut. Bien que mes sculpture soient faites pour être vues de face, j’ai aussi cherché quelques photographies où on voyait des chouettes et des hiboux de profil de manière à mieux comprendre leur anatomie.

J’ai fait des esquisses rapides pour décider de la taille et de l’aspect général de mes sculptures, ce qui n’est pas du tout obligatoire si vous n’aimez pas dessiner, mais qui peut être pratique. Pour une telle sculpture conçue pour être vue de face, presque comme un bas-relief, un dessin préparatoire est un excellent guide.

hiboux_e1

Ensuite, j’ai procédé volatile par volatile, sinon la pâte de l’un aurait séché alors que je m’occupait de l’autre. J’ai d’abord coupé un bout de pâte auto-durcissante et je lui ai donné la forme générale de mon oiseau.

hiboux_e2

J’ai ensuite dessiné très grossièrement les détails de mon oiseau avec une grosse aiguille. C’est le moment d’hésiter, de changer les proportions, etc. Vous aurez beaucoup plus de mal à le faire après. Voici le résultat.

hiboux_e3

Ensuite, il faut creuser les endroits en retrait (le corps de l’oiseau par rapport à l’aile devant et à la tête, par exemple). Enfin, on commence à ajouter de la matière là où c’est nécessaire en collant de petits boudins de pâtes, puis en lissant et en intégrant gracieusement cette nouvelle matière à la pâte déjà présente.

hiboux_e4

Sur la photographie ci-dessus, vous voyez par exemple un boudins de pâte sur la plume en haut à gauche de l’aile, que je suis en train de lisser. J’ai ajouté des boudins semblables pour chaque plume de l’aile, pour le bec de l’oiseau et pour chaque œil.

Si vous souhaitez percer l’oiseau pour pouvoir le suspendre plus tard (ou prévoir un trou en haut pour y placer une bougie), faites-le maintenant, car cela le déforme légèrement. Il vaut mieux donc le faire avant d’avoir tout lissé et embelli. De plus, le trou se réduira légèrement au séchage – prévoyez donc un peu grand.

Ensuite, il s’agit de lisser, de tracer les plumes du corps et de lisser à nouveau. Voilà le résultat pour la petite chouette après une petite heure de travail. Remarquez le long pinceau qui m’a servi à percer l’oiseau (le faire rentrer bien droit n’a pas été une partie de plaisir, méfiez-vous quand vous le ferez).

hiboux_e5

Voici maintenant le hibou, qui a été fabriqué exactement de la même façon si ce n’est que j’ai ajouté des aigrettes sur sa tête.

hiboux_e6

Je précise que j’ai lissé l’arrière des deux oiseaux pour qu’il soit présentable (au cas où je les suspendrais sans mur derrière) et que j’ai légèrement travaillé les côtés – pas avec autant de détails que l’avant, mais de manière à faire une jolie transition avec l’arrière lisse.

Il n’y a plus qu’à les laisser sécher avant de les peindre (sauf si vous les préférez ainsi, brut : ils sont d’ailleurs très jolis).

Faisons un petit bilan de la Fimo Air, pâte que j’ai utilisée. Pour rappel, un paquet de 250g m’a permis de fabriquer ces deux hiboux (et il ne me restait que de quoi faire quelques étoiles minuscules). Elle a de bons côtés : le paquet ne ment pas, elle est vraiment légère, ce qui peut être une excellente chose si vous souhaitez fabriquer une décoration à suspendre qui ne cassera rien si elle tombe sur le nez de quelqu’un. Elle est aussi solide – j’ai fait tombé ces hiboux une dizaine de fois en les posant sur mon sapin pour prendre des photographies, sans aucun dommage.

En revanche, ses mauvais côtés ne sont pas à négliger. Elle est relativement chère, mais surtout, la travailler est un labeur ardu. Elle a une texture de gomme qui n’aide pas le modelage. Si je n’avais pas prévu, dès le début, de faire des objets aux formes volontairement simplifiées, j’aurais été obligée de changer de pâte car elle ne coopère pas du tout pour faire des détails. Elle ne semble pas très partante pour prendre des textures et elle est très difficile à lisser. Enfin, de légères fissures sont apparues au dos de ma chouette au séchage (sans doute parce que je l’ai percée de manière un peu maladroite avec le pinceau, mais la pâte n’a pas coopéré pour cacher cette erreur).

Avec les chutes de pâtes, j’ai fait de petites étoiles, qui n’étaient pas jolies du tout et que je me suis donc amusée à casser. Elles cassaient avec un bruit et une texture de gâteau de riz. J’ai l’impression que, plus que d’une pâte, il s’agit donc d’une sorte de mousse durcissante.

Une fois que la pâte est bien sèche (je comptais les laisser sécher une nuit, puis je n’ai pas eu le temps de les peindre durant les jours suivant, etc., et ils auront donc séché trois jours pour moi) passons à la peinture de nos volatiles. J’utilise de l’acrylique, la plus efficace et la plus solide pour ce genre de support. Je ne conseille pas souvent d’acheter de nouvelles choses (nous n’avons pas d’argent) mais je dois avouer que, si vous n’en avez pas, c’est un bon investissement. Un petit paquet de couleurs primaires (et des tubes de blanc supplémentaires) suffisent pour à peu près tout les projets que vous pourriez imaginer.

hiboux_p1

Après avoir passé une légère couche de blanc pour unifier la texture et la couleur de l’objet, j’ai peint chaque oiseau de manière monochrome – dans des tons de gris pour la chouette effraie et dans des tons bruns pour le grand-duc. Les points blancs dans les yeux de la chouette ne sont pas un véritable reflet, ce sont deux points de peinture pour lui donner un regard plus vivant. Selon la position des points, son expression paraîtra un peu différente – essayez.

Pour mémoire, si vous avez uniquement des couleurs primaires (comme moi), le marron se fait en les mélangeant toutes (c’est pourquoi c’est une couleur neutre) : bleu, jaune et rouge. Variez les proportions jusqu’à trouver la nuance de marron qu’il vous faut, puis ajoutez-y du blanc et du noir pour obtenir un dégradé monochrome.

Après cette étape, j’ai ajouté des rehauts avec de la peinture argentée pour la chouette et dorée pour le grand-duc. Voici la chouette après ses rehauts.

hiboux_p2

Il est tout à fait possible d’hésiter et de changer d’avis en peignant. Par exemple, voici la première idée que j’avais pour le grand-duc. J’avais peint ses yeux de manière réaliste étant donné l’espèce, et laissé ses ailes plus claires :

hiboux_p3

…mais j’ai finalement décidé que je préférais qu’il ait des yeux semblables à ceux de la chouette, et que ses ailes forment le même genre de contraste avec son corps. J’ai alors peint ses yeux en marron foncé et je leur ai ajouté une couche d’or. Avec ses yeux sans pupilles, il est donc devenu un hibou de Modigliani.  Voilà le résultat final (trois secondes avant qu’il ne tombe de mon arbre).

hiboux_gd_final

Vous pouvez maintenant vernir vos hiboux si vous avez du vernis sous la main (ils survivront sans, je n’ai pas encore vernis les miens). Et vous avez terminé ! Bravo !

hiboux_res

Vos hiboux multitâches sont maintenant prêts. « Use them well », comme le dirait le professeur Dumbledore. Peut-être accepteront-ils d’apporter une lettre d’insulte anonyme à un membre de votre famille qui veut voter pour des personnes peu recommandables en 2017.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

♦Le Vif d’Or (Golden Snitch)♦

Si vous souhaitez apprendre à fabriquer cet objet, rendez-vous sur cet article.

En attendant, je remets une photographie pour le plus grand bonheur de mes yeux (et des votre, je l’espère). Foin de fausse modestie, je ne suis pas mécontente du résultat.

goldensnitch1

Et tout ceci nous amène au…

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Grand Jeu Concours !

Update : concours terminé ! Félicitations aux guerriers du dimanche matin, beaucoup plus réveillés que je le pensais. Les grands gagnants sont :

  • Eracil & Hélène
  • Miss One Cuppa Please
  • M. Elbeafrika
  • …et Olivier, qui gagne le prix 3bis secret que je viens d’inventer juste pour lui, s’il trouve un moyen de se faire livrer à Londres…

C’est Noël. J’ai décidé d’offrir une décoration geek personnalisée aux trois première personnes qui me le demanderont en commentaire. Pour être honnête, il s’agit 50% d’une initiative généreuse et à 50% d’une excuse pour continuer à faire de travaux manuels alors que mon arbre de Noël est déjà entièrement décoré : ne vous gênez donc pas pour participer.

Vous pouvez demander : un hibou (ou une chouette), une boule de Noël geek ou un Vif d’Or/Golden Snitch. Précisions plus bas.

Règles :

1/ Peut participer : toute personne qui se trouve en France métropolitaine (tout simplement à cause du prix de l’envoi). Sont exclus : les gens de ma famille qui ont une distance génétique égale ou inférieure à 1 avec moi (i.e. maman, papa et mon frère) parce que je vous offre déjà assez de cadeaux comme ça à Noël.

En revanche, je me fiche de vous connaître dans la vraie vie ou pas si cela ne vous ennuie pas de me donner une adresse d’envoi (en message privé, pas dans les commentaires !). Je me fiche aussi de savoir si vous êtes abonné au blog et si vous avez lu tous les articles, bla bla bla.

1b/ En parlant de transports, je ferai de mon mieux pour emballer l’objet, mais un accident, ça arrive.

2/ Pour participer, il suffit de dire dans les commentaires de cet article que vous voulez une de ces décorations et d’ajouter une formule de politesse équivalente à « s’il te plait » dans la langue étrangère de votre choix.  Vous pouvez très bien commencer par écrire un commentaire de ce type, puis ensuite prendre le temps de décrire mieux ce que vous voulez en répondant à votre propre commentaire. Le cachet temporel du premier commentaire sera celui qui compte pour dire qui sont les trois premiers à participer.

3/ Je vais fabriquer les objets pour vous (je garde les miens, vous vous en doutez bien), je peux donc varier les modèles si ce n’est pas plus compliqué que ce qui est là. Par exemple, si vous êtes un bon ami et que nous avons une nostalgie commune pour Legend of Zelda, je suis toute prête à me saisir d’une boule de Noël verte et à y dessiner une Triforce dorée. Si vous avez une idée, on peut discuter dans les commentaires. Attention, je ne dirai « oui » que si ça me plait, car c’est mon jeu, c’est moi qui décide.

triforce-potentielle

Une triforce potentielle ?

4/ Si vous êtes quelqu’un que je connais déjà dans la vraie vie et que vous êtes à Paris, je vous donne l’option d’échanger l’objet en mains propres au prix d’une bière ou d’un café pour moi. Ce qui permet aussi de ne pas s’inquiéter pour la sécurité de l’objet lors du transport.

Je crois que j’ai tout dit, je vous laisse. « Mischief managed. »

Bien à vous,

HW

– – – – – – – – – – – – – – – –

Pour une fois, je n’ai rien à dire dans le post-scriptum en italiques final, mais j’en mets un tout de même car il ne faut pas perdre les bonnes habitudes.

Publicités

22 réponses à “Tutoriel : Comment fabriquer des décorations de Noël inspirées par « Harry Potter » (et perdre toute dignité en tant que femme de trente ans)

  1. Pingback: Tutoriel : Comment fabriquer un Vif d’Or / Golden Snitch inspiré par Harry Potter en perdant énormément de temps | Heroic (Fantasy) Writer

  2. Xin HW than men gui mot hoac hai cai nhe

  3. Troiz’? Pretty please, Sweetheart ?

    Et livraison à La Rochelle parce que moi, je suis gentille, je lis les consignes…

  4. Deuz numéro 2. Tu fais des livraisons de décorations à Londres ?

    • Kudasai 🙂

      • J’ai dit France Métropolitaine ! Tu n’es même plus en Europe, traître !
        (Réponse sérieuse : j’ai un peu peur pour le transport. Tu passes à Paris durant les fêtes ? Ou bien je peux l’envoyer à ta famille, qui transmettra ?)

      • Alrighty. Suite à la rapidité des réponses, je te déclare gagnant 3bis potentiel si tu trouves une solution pour le transport, et par ailleurs je déclare le Grand Jeu Concours du Solstice d’Hiver clos pour cette année. 🙂

        • Harry Potter pas disponible en Angleterre, c’est un comble ! Je passe à Paris en Février sinon :). A bientôt !

        • Moi, je ne demande qu’à te/vous voir en février. 🙂
          Mais ça perd un peu son intérêt, offrir une décoration de Noël en février… je te garde un lot pour l’année prochaine ? Ou tu la voudrais quand-même à l’avance ? Ou tu préfères des chocolats de la Saint-Valentin ? Etc.

  5. Deuz’ Mais si tu veux favoriser d’autres lecteurs de ton blog, je t’en prie. 😉

    • Tu es en fait prem’s, la première personne est disqualifiée et elle le sait. 😀

      Mais tu n’as pas mis de formule de politesse en langue étrangère comme c’est demandé dans les règles, va donc demander à ton épouse comment on dit « s’il te plait » en russe et « pardon, je n’ai pas lu les conditions d’utilisateur » et je t’enregistre comme gagnant…

      • Pretty please?

        • Mdr. Ding ding ding ding ding ding, le premier gagnant est enregistré !
          Je mets une condition : il faut que ton épouse soit d’accord sur le choix de ta décoration de Noël, elle l’aura aussi sous le nez (sauf si tu veux faire un cadeau à ton frère, c’est possible aussi). Et j’attends donc de savoir ce que vous voulez.

    • Bigre, mon cher et tendre époux m’a devancée (j’ai pris le temps de lire l’article, MOI.)
      Прости, пожалуйста, что мой любимый муж ничего не читал, и поэтому не правильно спросил. Пожалуйста, ПОЖАЛУЙСТА, мне очень нравится снитч…

  6. Et si je fais semblant d’être quelqu’un d’autre, j’aurai droit au vif d’or ?

    • 😀 Mais il n’est ni blanc ni transparent, il n’irait pas avec la décoration de ton sapin…

      P.S. Cette série n’est-elle pas un peu jeune pour toi ? [/hypocrisie totale]

  7. Pingback: C’est Noël, on m’a lavé le cerveau et j’ai transformé mon appartement en forêt enneigée sous les étoiles. Avec des origami. | Heroic (Fantasy) Writer

Reponses et commentaires :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s