Tutoriel : Comment fabriquer un Vif d’Or / Golden Snitch inspiré par Harry Potter en perdant du temps et en découpant des plumes à l’aide de ciseaux à ongles

goldensnitch1

Chers amis, chers visiteurs, chers amateurs invétérés de quidditch,

Il y a quelques semaines, les forces obscures et détraqueuses du marketing mondial ont eu raison de mon grand âge (trente ans et des années) et je suis retombée dans une phase « Harry Potter » digne de celle de mes quinze ans. Pour m’auto-exorciser, j’ai décidé de fabriquer de belles décorations de Noël inspirées par Harry Potter. Si vous aussi, vous voulez passer des heures à fabriquer des décorations magnifiques qui raviront vos amis geeks et trahiront votre manque secret d’intérêt pour la littérature pour adultes, continuez à lire !

(De mon manque d’intérêt pour la littérature pour adulte, j’exclue Umberto Eco et Victor Pelevine et… pardon, en fait, je viens de me souvenir que je suis une classique lectrice binoclarde et qu’il faut en général m’arracher violemment un livre des mains quand on veut me parler.)

Si vous continuez à lire cet article, vous trouverez le mode d’emploi pour fabriquer un Vif d’Or/Golden Snitch qui est certainement l’un des plus ravissants qui aient jamais voleté dans un sapin de Noël.

Si vous le désirez, vous pouvez également consulter cet autre article qui vous expliquera comment fabriquer une boule de Noël « Quai 9 3/4 » et des hiboux décoratifs en pâte auto-durcissante, toujours dans le cadre de mon auto-exorcisme de la franchise « Harry Potter ». Les voici :

oui_titre

J’ajoute que je viens de faire gagner quatre décorations à des lecteurs du site, et que, même si je n’avais pas mis de conditions de participation, tous les gagnants étaient des abonnés/lecteurs de longue date. Ce n’est pas mon genre de pousser à l’abonnement, mais j’avoue que ce résultat (un dimanche matin, quelle motivation) m’a un peu fait réfléchir. Éventuellement, si vous trouvez qu’on fait de jolies choses ici, abonnez-vous ?

Mais trêve de bavardages, fabriquons ce golden snitch.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

♦ Comment fabriquer un Vif d’Or réellement joli à regarder ♦

Voici notre Vif d’Or en lumière naturelle. On le voit ici de l’arrière (les motifs sont différents sur les deux faces).

golden-snitch_lumiere

Pour résumer le projet, la balle est en papier aluminium recouvert d’une fine couche de pâte polymérisante (la mienne était de la marque Fimo). Les ailes sont ce qui m’a demandé le plus de réflexion, car je voulais quelque chose de très fin, mais de plus solide (et de plus bel aspect) que du papier. J’ai finalement décidé de les fabriquer avec des feuilles de « métal à repousser », que l’on trouve dans les magasins de loisir créatif ou en ligne, par exemple ici chez Rougier & Plé.

Temps nécessaire : Ce projet demande un peu de temps et de concentration. J’ai mis cinq heures, mais c’est parce que j’ai dû revenir en arrière et parce que j’inventais des solutions au fur et à mesure. Si vous suivez mon mode d’emploi, trois heures devraient suffire. Songez à ce mode d’emploi comme aux petites notes dans la marge du livre « Manuel Avancé de Préparation des Potions » qui permette d’aller beaucoup plus vite que la recette officielle. D’ailleurs, à propos des notes dans ce manuel de potions, j’ai aussi un excellent maléfice pour vos ennemis… Mais ce n’est pas le sujet.

Notez qu’il est encore temps de vous enfuir (pas pour le maléfice, pour les trois heures de travail). Il existe des méthodes très rapides pour fabriquer des Vif d’Or approximatifs et amusants. Si vous cherchez simplement un petit tutoriel pour décorer pour une fête pour enfants, prenez par exemple un Ferrero Rocher et collez-y deux plumes, comme le suggère ce blog sympathique !

En revanche, je vous jure que ma méthode ne vous demandera pas de passer au moins six mois à faire des recherches et à observer des captures d’écran, comme ce jeune homme qui a re-créé une Carte du Maraudeur plus fidèle à celle du film que la réplique officielle vendue en boutique spécialisée, comme il vous l’expliquera soigneusement, en vous montrant page par page chaque détail.

(Ce jeune homme m’inquiète un peu, mais je ne peux que saluer son perfectionnisme. Incidemment, je pense que c’est exactement ainsi que certaines personnes me voient…)

Matériel utilisé :

Les fournitures sont :

  • Pour la balle, il faut de la pâte polymérisante de couleur indifférente. J’ai utilisé de la pâte Fimo Classique, qui est très facile à trouver, coûte moins de 2€ le paquet, et moins de la moitié du paquet y est passé.
  • de la pâte polymérisante liquide de la même marque que la pâte polymérisante précédente. La pâte Fimo Liquide coûte autour de 9-10€ en ligne et dans les magasins de loisir créatif : en général, de nos jour, on en trouve toujours à côté des paquets de pâte Fimo classique. J’en ai utilisé très peu pour se projet, pas besoin d’en racheter si vous en avez une bouteille à moitié vide qui traîne.
  • du papier aluminium
  • du fil de fer
  • Pour les ailes, il faut du papier métallique à repousser, de préférence argenté, mais je me suis débrouillée avec ce qu’il y avait en magasin, i.e. du papier couleur de bronze. J’ai eu quatre feuilles pour 4€50 et une demi-feuille suffit pour faire les deux ailes ; en ligne, je vois par exemple 10 feuilles de la bonne couleur pour 11€. Si vous ne trouvez pas en magasin et que vous êtes pressé – ce n’est plus la mode et Noël approche – je pense que ce serait faisable en choisissant le papier aluminium le plus épais possible et en collant deux épaisseurs l’une sur l’autre – mais le résultat sera plus facile à déchirer et probablement moins joli.
  • de la colle toute bête (Uhu en stick pour ma part) pour faire tenir ces ailes sur le fil de fer
  • Pour peindre les ailes et la balle, il faut de la peinture en bombe argenté et dorée. L’argentée doit pouvoir recouvrir du métal, ce qui est le cas de la plupart des bombes de peinture de qualité… mais pas de la mienne, et j’ai donc dû improviser.

Les outils sont :

  • un verre, pot ou rouleau quelconque à utiliser pour aplatir la pâte
  • des petites épingles/aiguilles/pointes de compas qui vous permettront de tracer les détails du Vif d’Or, ainsi qu’un crayon bien taillé dont la pointe vous permettra de lisser de petites surfaces
  • un four de cuisine tout bête pour cuire la pâte polymérisante, de préférence avec une grille de cuisson en hauteur pour y suspendre le Vif d’Or pendant qu’il cuit
  • de gros ciseaux (ou une pince) pour couper le fil de fer
  • de tout petits ciseaux (j’ai bêtement utilisé mes ciseaux à ongles) pour découper les détails des ailes
  • un cutter n’est pas obligatoire, mais vous simplifiera la vie
  • une règle graduée, de préférence une équerre pour vérifier vos angles

La liste a l’air longue, mais vous remarquerez que les outils sont des choses que vous avez très probablement déjà chez vous même si vous n’êtes pas un(e) grand(e) amateur/trice de travaux manuels. De même que le papier aluminium et, si vous n’êtes pas dans un studio et dans une grande ville, le fil de fer.

J’ajoute que je pensais sincèrement que la Fimo Liquide serait optionnelle, mais en réalité elle est très nécessaire à un beau résultat. Et je vous dis cela alors que je suis une radin confirmée qui rit et répond en général « je n’ai pas d’argent, vous avez vu l’état de l’économie française ? » quand on lui propose d’acheter davantage de matériel.

. . . . . . . . . .

Réalisation

Etape 1 : Observation du modèle

Dans « Harry Potter et la Pierre Philosophale », J.K.R. décrit le Vif d’Or, avec la brièveté efficace qui caractérisait ses début, comme étant « de la taille d’une grosse noix » et « doré » avec des « ailes argentées ».

Ci-dessous, voici une capture d’écran montrant le Vif d’Or dans la main de notre héro pseudo-christique préféré, issue du film « Harry Potter à l’Ecole des Sorciers ». Le Vif d’Or est vu de l’arrière sur la photographie, et les ailes sont dorées – est-ce parce que les designers du film, d’accord avec le monde de la mode et les guides de style du magazine Vogue, trouvaient qu’il ne fallait pas mélanger l’or et l’argent ? Ou est-ce la coloration de la pellicule ?

golden-snitch-capture-decran

Image tirée du film « Harry Potter à l’Ecole des Sorciers », dirigé par Christopher Colombus et produit et distribué par Warner Bros. Je ne possède pas cette image, que Merlin me transforme en Scroutt à Pétard si je mens et que la fée Morgane couvre Craig Stuart, chef décorateur de la production, de bénédictions.

Les designers qui travaillaient sur le premier film, des gens fortement talentueux, ont élaboré sur la description de JKR en donnant à l’objet « des formes combinant l’Art Nouveau avec un design de type industriel », ainsi que de « fines ailes à nervures, presque de la forme d’une voile » (selon le site Pottermore). Le chef décorateur Craig Stuart précise que « en théorie, les ailes devraient se rétracter dans les sillons de la sphère pour qu’elle redevienne une simple balle. »

Voici, ci-dessous, l’image officielle tirée du site Pottermore. Cette fois-ci, on voit le Vif d’Or de face. Et avec la bonne couleur d’aile (i.e. celle décidée par Notre Inspiration à Tous, Réincarnation du preux Bayard, de Cthulhu et de l’Empereur-Dieu de Dune tous ensemble, J. K. Rowling). Entre ces deux photographies, on peut grosso modo deviner le motif sur la balle.

snitch_pottermore

Photographie promotionnelle du Vif d’Or tirée du site Pottermore. Je ne possède pas les droits de cette image, que les fondateurs de Poudlard m’enferment dans la Chambre des Secrets en compagnie du Basilic si je mens.

Etape 2 : Réalisation de la balle

Rassemblez votre matériel et commençons. (n.b. la brosse à dent sur cette photographie était supposée m’aider à texturer la pâte Fimo, mais je n’en ai pas eu besoin).

gs_balle1

On m’a dit de faire un Vif d’Or « de la taille d’une grosse noix ». J’avais une petite noix à la maison (cf plus bas), j’ai donc décidé de l’utiliser comme référence de taille car je suis bête et disciplinée. Je vais donc faire un Vif d’Or un peu plus grand que cette petite noix.

Pour commencer, je fais une boule de papier alu et j’y fixe solidement un morceau de fil de fer, qui sera l’attache du Vif d’Or. Il ne faut pas trop compresser le papier aluminium, sinon il sera ensuite difficile d’y enfoncer les morceaux de fil de fer qui serviront à fixer les ailes (que j’ai conçues amovibles, pour pouvoir le ranger plus facilement).

gs_balle2

J’ai ensuite travaillé un peu de pâte Fimo entre mes mains pour la mettre en condition… ce qui ne lui a pas fait un effet très sensible (cette chose est dure), mais passons. Je l’ai ensuite étalée en feuille de deux ou trois millimètres d’épaisseur en utilisant le pot de confiture comme un rouleau à pâtisserie.

Puis, j’ai enroulé ma boule de papier aluminium dans la pâte, coupé l’excès et tout lissé soigneusement. Pour bien lisser les fissures, vous pouvez rouler dessus la tranche de la pointe d’un crayon bien taillé, l’utilisant comme un mini-rouleau à pâtisserie. C’est très efficace. Si vous boule n’est pas parfaitement ronde, vous pouvez la rouler entre vos mains pour améliorer sa forme (en évitant de vous piquer avec le fil de fer, qui ne s’enlève plus à ce stade…).

J’ai ensuite suspendu mon Vif d’Or pour ne pas le déformer en le posant. La grille de cuisson de mon four étant amovible, je l’ai utilisée pour suspendre mon Vif d’Or pendant que je travaillais, mais vous pouvez utiliser n’importe quoi tant que c’est bien stable. Résultat :

gs_balle3

 

Nous arrivons maintenant à la partie un peu minutieuse. Qui est incidemment la partie ou j’ai perdu une heure et demi, chose que je veux vous éviter.

Ingénument, je pensais, arrivée à ce stade, pouvoir ajouter les décorations sur la balle, la cuire et déclarer le travail vite fait bien fait. En réalité, c’est impossible. En effet, quand on travaille les décorations sur un côté de la balle, on doit s’appuyer sur l’autre côté, et on détruit donc les décorations qui s’y trouvent si elles sont encore molles. On se retrouve alors à faire ceci : parfaire un côté, se rendre compte qu’en faisant cela on a abîmé l’autre côté, reprendre cet autre côté, se rendre compte qu’on a abîmé le premier côté en faisant cela, etc. etc. ad infinitum. Je vous en supplie donc, je me jette à vos pieds, j’embrasse vos genoux, si vous voulez un joli résultat, n’essayez même pas de procéder ainsi, vous allez devenir fou. J’ai moi-même dû arracher tout mon travail, puis recommencer depuis l’étape présente, d’où l’heure et demi que j’ai perdue.

Ce qu’il faut faire, en fait, c’est cuire la balle par étapes. Voyons comment en reprenant notre modèle.

gs_schema

Le processus est le suivant : maintenant, avant de cuire la balle, nous allons tracer les sillons dans la surface (les lignes bleus « A ») et percer deux trous pour fixer plus tard les ailes. Puis nous cuirons la balle 10-15 minutes, ce qui nous permettra d’avoir une base solide qui ne se déformera plus. Ensuite, nous ajouterons les décorations en relief sur la gauche de la balle (les lignes « B1 », en rouge) et nous cuirons la balle à nouveau 10-15 minutes pour solidifier notre travail. Puis nous ajouterons les décorations sur la droite (lignes roses « B2 ») sans plus avoir à nous soucier de déformer le reste, qui sera cuit et solide. Enfin, nous ajouterons deux très fines couches de Fimo en-dessous de la balle (cercle vert « C », qui a son équivalent de l’autre côté) et nous y tracerons les nervures que l’on voit. Puis nous re-cuirons pour la dernière fois et nous aurons terminé.

Je vous jure solennellement que c’est la manière la plus efficace de procéder (et je suis bien placée pour le savoir, ayant effectué moult tests). A présent, voyons ça avec des illustrations.

gs_balle4

Ci-dessus, j’ai placé les trous des ailes où je le souhaitais (les morceaux de fil de fer, simplement enfoncés dans le papier aluminium à l’intérieur de la balle, sont amovibles). Puis j’ai tracé les sillons « A » avec une épingle et lissé le tout. Ensuite, il faut mettre ceci au four 10-15 minutes (je mets ça à 120°C dans mon four et cela fonctionne très bien).

gs_balle5

Ci-dessus, la balle étant cuite, j’ai pu tracer dessus le dessin des futures décorations en relief représentées par les lignes « B1 » et « B2 » sur mon schéma. J’ai utilisé le premier feutre qui m’est tombé sous la main et j’ai fait des ratures – aucune importance, ce sera peint plus tard. Je me suis aidée des deux photographies du Vif d’Or, qui m’ont permis de voir les deux côtés de la balle, pour reproduire le dessin.

Ensuite, j’ai formé de minces boudins de pâte Fimo en la roulant sur mon plan de travail. Pour les faire tenir sur la boule de pâte déjà cuite, la Fimo Liquide est nécessaire : c’est elle qui va faire « colle » lors du passage dans le four. On étale une petite goutte de Fimo Liquide sur l’endroit où on va coller le boudin de pâte, puis on colle et on positionne le boudin à l’aide d’épingles pour être plus précis.

gs_balle6

Au cas où vous vous poseriez la question, le ravissant petit verre de porcelaine japonaise placé à l’arrière contient du Monbazillac et n’a strictement rien à voir avec le tutoriel. N’hésitez néanmoins pas à saisir cette occasion pour faire des jeux de mots horribles sur les cuites.

Nous avançons petit à petit. Continuez à placez vos boudins sur un côté de la balle. Lorsque la première moitié sera terminée et que vous aurez affiné et rendu propre tout ce que vous souhaitez, repassez la balle au four dix minutes pour que les boudins ne bougent plus. Ensuite, placez vos décorations exactement de la même façon sur l’autre moitié de la balle (vous ne risquez plus de déformer le côté terminé), puis remettez le tout au four dix minutes.

gs_balle7

Ci-dessus, je suis passé à la dernière étape, les nervures que l’on voit dans le cercle vert « C » sur le schéma plus haut. Pour faire les nervures, j’ai collé (avec de la Fimo Liquide) de minces feuilles de Fimo à l’endroit voulu, puis j’ai dessiné les nervures avec une épingle. Lorsque la photographie a été prise, je n’avais pas encore tout bien lissé et parachevé.

Vous remarquez que, sur la photographie, la balle est posée à l’envers sur la grille – les décorations de l’autre côté ne risquent pas de se déformer puisqu’elles sont cuites. Merci, pâte Fimo.

(Je ne sais pas si cela ressort bien de ces explications, mais la pâte Fimo est quelque chose de merveilleusement pratique. Je dois ici manger mon chapeau et avouer que je l’ai évitée pendant des années, pensant que c’était une fumisterie marketing. J’avais tort. Mea maxima culpa. Comme précédemment établi sur ce site, la pâte Fimo est une servante du dieu R’hllor. De plus, je déclare après avoir fabriqué ce Vif d’Or grâce à elle qu’elle est aussi un objet magique tellement puissant qu’elle fait concurrence aux Reliques de la Mort.)

Une fois que vous avez terminé, mettez la balle une dernière fois au four pour 15 minutes avec deux petites perles de pâtes enfilées sur des fils de fer, qui serviront à faire le départ des ailes (si vous regardez sur les photographies officielles, les ailes sont séparées de la balle par deux petites perles qui semblent jouer le rôle de charnières articulées).

gs_balle8

Et vous avez terminé la balle ! Pour être honnête, lorsque l’on a trouvé la bonne technique, c’est presque plus long à expliquer qu’à faire.

Etape 3 : Réalisation des ailes

Laissant de côté notre petite boule qui attend de prendre son envol, sortons notre matériel pour lui fabriquer des ailes dignes de ce nom.

gs_ailes_mat

Admirons mon manque de patience : ne trouvant pas de métal à repousser de la bonne couleur (argent) en boutique, j’ai pris du bronze, ce qui est aussi peu approprié que possible. Ça m’aurait visiblement tuée de commander le bon papier sur internet et d’attendre un peu.

Fabriquons les ailes une par une.

Tout d’abord, il faut couper un carré de métal (il a la consistance d’une feuille de papier d’aluminium en plus épais – cela se découpe avec n’importe quelle paire de ciseaux) dont le côté est égal à un peu plus de deux fois le diamètre de la balle que nous venons de fabriquer. Dans mon cas, la balle faisait entre 4 et 4,5cm de diamètre (ce n’était pas un cercle absolument parfait) et j’ai coupé un carré de 9cm.

Sur la photographie ci-dessous, ces 9cm sont représentés par la longueur « C » (pour « côté) en vert. Permettez-moi de faire un petit schéma pour vous aider :

gs_ailes_1b

Il s’agit de tracer une ligne traversant le carré en coupant perpendiculairement deux côtés opposés en leur milieu (ligne « A » bleue sur la photographie). Bienvenue sur mon blog, nous y faisons de maths. Ou de arithmomancie, je ne sais.

Pour tracer vos traits, utilisez une règle et un crayon bien taillé ou le dos de ciseaux fermés. Attention à ne pas utiliser de lame (par exemple, le dos d’un cutter) pour cette étape, sinon vous allez découper accidentellement votre carré en deux, ce qui vous forcerait à recommencer.

Après cela, perpendiculairement à cette ligne, tracez des lignes traversant le carré tous les 5 millimètres (lignes « B » rouges sur la photographie, à compléter jusqu’à remplir le carré). Ce sont elles qui formeront les « plumes ».

gs_ailes_2b

Sur la photographie ci-dessus, j’ai :

  • coupé un morceau de fil de fer assez long (deux fois le côté du carré environ) et je l’ai placé sur la ligne au centre du carré (ligne « A » bleue)
  • j’ai recouvert tout l’intérieur du carré de colle Uhu
  • je l’ai plié en deux le long de la ligne « A » en emprisonnant le fil de fer au milieu et en faisant bien attention à faire un pli parfait, de façon à ce que toutes les lignes des plumes (lignes rouges « B ») se superposent. J’ai bien lissé et attendu que cela sèche.
  • j’ai marqué le pli autour du fil de fer, qui sera l’avant de l’aile, en appuyant avec le dos de mes ciseaux

Ensuite, on commence à séparer les « plumes » une par une en coupant au cutter (ou, à défaut, avec des ciseaux) le long de chaque ligne « B », en s’arrêtant au fil de fer. Soyez soigneux pour ne pas couper une aide de travers. sur la photographie précédente, on voit que l’opération est déjà en cours sur la droite.

gs_ailes_4

Puis on va couper la forme de l’aile !

J’ai fait cela un peu à l’instinct, un peu en mesurant grosso modo les longueurs sur les photographies officielles, et un peu en montant mon aile sur la balle pour voir l’effet produit :

gs_ailes_3

(Si ce n’est pas évident, on fixe l’aile sur la balle en passant le fil de fer dans le trou prévu à cet effet – le fil de fer reste coincé dans l’aluminium au milieu).

Finalement, je suis arrivée aux proportions suivantes, que je vous donne pour vous faire gagner du temps. Dernier petit schéma :

gs_ailes_4b

  • La longueur de l’aile est égale au côté du carré original, « C », lequel était égale à deux fois le diamètre de la balle. Pour moi, C = 9cm.
  • en partant du côté où sera le Vif d’Or (indiqué ici par la petite balle de pâte, sur la gauche de la photographie), on mesure 1/3 de cette longueur « C ». Pour moi, cela se trouvait à 9/3 = 3cm de l’extrémité de l’aile.
  • en suivant la « plume » qui part de ce point, on mesure la même distance, 1/3 de C.
  • Celle-ci s’appelle « H », la « hauteur du triangle ». Le point en haut de « H » sera l’endroit où l’aile est la plus large.

Je vous laisse faire vos mesures et le découpage, puis vient le moment d’affiner les plumes.

gs_ailes_5

Découpez, avec vos plus petits ciseaux, le bout des plumes comme ci-dessus. Le processus n’est qu’à moitié terminé sur la photographie, il faut affiner le bout de chaque plume.

Prenez votre temps, ne laissez rien qui soit mal coupé ou d’aspect maladroit – l’aspect final de votre aile en dépend. On obtient finalement une jolie aile, qu’il ne reste plus qu’à mettre en forme en la fixant sur la balle (sans oublier d’enfiler la petite perle de pâte qui sépare l’aile de la balle sur le fil de fer) pour juger de son effet.

gs_ailes_6

N’oubliez pas de couper l’excès de fil de fer au bout de l’aile.

Puis on refait une seconde aile, à l’envers de la première, et on obtient un Vif d’Or tout prêt à être peint.

gs_partial-result

Vous remarquerez que je n’ai pas évidé le haut des ailes comme sur les photographies officielles. Ce n’étaient pas de la paresse, un oubli ou un problème technique (je pense que le papier métallique aurait pu survivre, même si le résultat aurait été assez fragile) : c’est voulu car je trouve cela joli comme ça.

Le Vif d’Or officiel a un aspect joliment steampunk – je ne sais pas à quoi pensait le designer en le fabriquant, mais il me semble sorti d’un film de Hayao Miyazaki ou d’un design de Final Fantasy. Pour mon sapin de Noël, cependant, j’ai décidé de manière totalement unilatérale que je préférais que mon Vif d’Or ait des ailes d’aspect presque angélique, ou qui rappelle les ailes gracieuse d’un hibou.

De plus, je sais bien que c’est supposé être magique, mais si j’avais passé vingt minutes à percer des trous dans une aile, tous mes amis ingénieurs, y compris mon amie très chère qui est littéralement diplômée d’une école d’ingénierie aéronautique, m’auraient huée, conspuée, jeté des œufs et bloquée à jamais sur facebook. A juste titre. C’est donc sans le moindre remord que je fais une infidélité au design des décorateurs du film.

Etape 4 : Peinture

Normalement, le plus difficile est fait. Il ne reste qu’à peindre la balle et les deux petites perles en doré (c’est plus simple à la bombe, mais cela fonctionnera très bien si vous utilisez de la peinture classique et un pinceau) et les ailes en argenté, à la bombe.

J’ai accroché ma balle, mes ailes et mes perles à la grilles de cuisson pour les laisser sécher, mais soyez intelligent, ne les peignez par lorsqu’ils sont accrochés ainsi, vous vous retrouveriez avec une grille de cuisson à la peinture.

gs_paint1

C’est à ce moment qu’il faut vous avouer que j’avais fait une erreur cruciale. Ma peinture argentée, une bombe cheap « spécialement conçue pour les décorations de Noël », n’était pas prévue du tout pour être utilisée sur du métal. Sans doute m’étais-je dit en l’achetant « prends la moins chère, quand vas-tu avoir l’occasion de peindre du métal ? ». Gourde je suis. Une gourde sans imagination, même.

Etant trop paresseuse/impatiente pour aller m’acheter une nouvelle bombe de peinture (…mais je le ferai avant de préparer les Vif d’Or qui m’ont été demandé suite au Grand Jeu-Concours de la dernière fois, je le jure) j’ai outrageusement bricolé.

C’est-à-dire que j’ai d’abord passé sur mes ailes une couche de doré (ma bombe dorée était, elle, tout ce qu’il y a de mieux et d’appropriée pour le métal) pour donner à la peinture argentée de quoi s’accrocher, puis j’ai passé un coup de bombe argentée, sauf que la peinture moussait et faisait des choses fort laide – je l’ai donc étalée avec un pinceau, puis j’ai corrigé les endroit où la peinture partait avec de la peinture argentée en pot. Quel travail. Cependant, je suis très contente du résultat. Mes ailes sont un peu patinées, on devine le bronze et l’or à certains endroit. Cela leur donne l’air d’ailes qui ont vécu et ont été brutalement attrapées par un joueur de quidditch un certain nombre de fois.

Mais ne faites pas les même bêtises que moi, j’ai tout de même perdu vingt minutes dans cette affaire.

Puis, puisque j’en avais assez d’avoir des choses qui séchaient au milieu de mon salon, j’ai mis mes morceaux de Vif d’Or à sécher directement sur mon arbre.

gs_paint2

Après quoi, il n’y avait plus qu’à l’assembler.

. . . . . . . . . .

Résultat

Avertissement : n’essayez pas de l’attraper avec votre bouche. Ne contient aucune relique de la mort. Voici mon Vif d’Or de face…

gs_res_av

Et voici l’arrière.

gs_res_ar

Je suis tout à fait contente du résultat. Les petites irrégularités du dessin, qui d’ailleurs ne sont pas évidentes, me le font apprécier davantage. On dirait vraiment que quelqu’un s’en est servi pour jouer un (ou quarante) match.

Du fait du design un peu différent de ses ailes, je considère mon Vif d’Or comme un objet de l’ancienne génération, qui a été remplacé par les Vifs d’Or actuels plus modernes. Ce Vif d’Or traîne peut-être dans un casier des vestiaires de Gryffondor. Olivier Dubois/Oliver Wood l’utilise parfois pour entraîner un nouvel attrapeur, mais il est trop lent pour être utilisé durant les matchs. Il a été attrapé par James Potter il y a vingt ans lors d’un match épique entre Gryffondor et Poufsouffle, durant lequel toute l’équipe de Serpentard s’est mystérieusement retrouvée atteinte de jaunisse bleue. Il a fait de mauvaise rencontre avec de nombreux cognards. Un jour, un joueur de l’équipe de Gryffondor l’a emporté chez lui pour s’entraîner à jouer avec sa petite sœur, mais suite à une série de circonstances trop étranges pour être expliquées ici (vous ne me croiriez pas) il a finit dans mon salon où il sert de décoration de Noël à la place. J’attends la visite du Ministère de la Magie qui viendra le confisquer et me jeter un sortilège d’amnésie puisque je ne suis pas supposée posséder ce genre de truc.

Vite, une dernière photographie avant qu’il ne s’envole.

goldensnitch2

 

« Mischief managed. »

Bien à vous,

HW

– – – – – – – – – – – – – – – –

Cet article est tout spécialement dédié à mon amie M.A., diplômée d’une école d’ingénierie aéronautique, avec qui j’ai vue « Harry Potter et la Chambre des Secret » au cinéma en 2002 et qui trouve le moyen d’être malade à Noël en ce moment même. C’est malin. D’ailleurs, si vous voulez aller la réconforter, elle tient le très intéressant blog One Cuppa Please à propos de la culture londonienne.

Minute de mauvais esprit. Comme le fait justement remarquer le merveilleux Eliezer Yudkowsky, l’existence du Vif d’Or rend les joueurs de quidditch qui ne sont pas « attrapeurs » généralement assez inutiles. Dans une histoire semi-parodique inspirée de l’univers de Harry Potter, « Harry Potter and the Methods of Rationality », il suggère que le Vif d’Or a été inventé lorsqu’un prince ou un homme riche a absolument voulu participer à un match de quidditch. Pour qu’il ne gêne pas les autres joueurs, ceux-ci auraient inventé le Vif d’Or : « Monseigneur, ne vous occupez pas des autres balles ! Attrapez celle-ci, c’est la plus importante de tout le match, elle rapporte, euh… 150 points ! Nous, nous continuerons à jouer normalement ! » *soupir de soulagement des autres joueurs*

Publicités

7 réponses à “Tutoriel : Comment fabriquer un Vif d’Or / Golden Snitch inspiré par Harry Potter en perdant du temps et en découpant des plumes à l’aide de ciseaux à ongles

  1. Bonjour Hw,
    Superbe tuto avec nos produits 🙂
    Je vais faire un post en mettant en avant votre diy sur notre facebook (Rougier & Plé – Graphigro), je voulais vous identifier dessus mais je ne sais pas si vous êtes sur facebook,
    En tout cas on adore votre vif d’or
    J’aimerais tellement en avoir un … :p
    Bonne journée
    Cordialement,
    Adrien de Rougier&Plé

    • Bonjour Adrien,
      Je n’ai pas de compte facebook associé à ce site, mais je serais ravie que vous partagiez ce diy. Nous verrons s’il inspirera du monde !
      Et pour un vif d’or, cela ne vous prendra que trois ou quatre petites heures de travail (sans compter le temps de tout ranger), ce n’est rien quand on la vie devant soit… 😉
      Bien cordialement,
      HW

  2. Wow :-O
    Je pense que c’est le meilleur que j’ai vu. Mais par contre tu t’es bien embêté ! Je suis super tentée de le faire, mais je sens qu’avec mon « talent » ça va me prendre un week-end…

    • Je ne sais si je t’avoue cela pour te lancer un défi ou pour t’insuffler Espoir et Courage, mais une amie a bien reproduit le Vif d’Or selon ces instructions ! Et c’était magnifique ! Je suis tellement fière de son succès. Et elle m’avait dit ne pas être très forte en travaux manuels. Si on veut, on peut. 🙂

  3. L'as de trèfle qui pique ton

    Sérieux ? Bon ben si le défi est lancé, je m’y mets… dans trois semaines, quand j’aurais fini de trouver tous mes cadeaux. 😀
    Par contre je te rappelle que les filles utilisent des limes à ongles, de nos jours, pas des ciseaux.

    • Zut, j’ai à nouveau trahi ma nature de garçon manqué. Il n’est néanmoins pas évident de découper des plumes avec des ciseaux, chère amie.

  4. Pingback: Tutoriel : Comment fabriquer des décorations de Noël inspirées par « Harry Potter  (et perdre toute dignité en tant que femme de trente ans) | «Heroic (Fantasy) Writer

Reponses et commentaires :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s